Coronavirus. L’Espagne n’ouvre pas ses frontières au Maroc, à l’Algérie et à la Chine

L’Espagne a annoncé vendredi 3 juillet qu’elle ne rouvrirait pas ses frontières aux voyageurs venant d’Algérie, du Maroc et de Chine tant que ces pays ne laisseront pas entrer les visiteurs venant d’Espagne.

Le décret permettant l’ouverture des frontières aux quinze pays figurant sur la liste publiée par l’Union européenne le 30 juin entrera en vigueur à minuit « dans la nuit de vendredi à samedi », permettant l’entrée effective des résidents de ces États, indique un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Mais « dans le cas de la Chine, du Maroc et de l’Algérie, la réouverture des frontières reste conditionnée à une action réciproque de la part de ces pays et à la réouverture de leurs frontières aux résidents en Espagne », précise le ministère.



Les frontières restant fermées, la grande migration de millions de Marocains et d’Algériens résidant en Europe qui chaque été traversent l’Espagne pour passer les vacances dans leur pays d’origine n’a pas eu lieu cette année.

Principe de réciprocité avec la Chine

En attendant, les postes-frontières terrestres des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, au Maroc, resteront fermés, indique le communiqué

Dans le cas de la Chine, le ministère explique avoir pris en compte les recommandations de l’Union européenne d’ouvrir les frontières des États membres uniquement après « confirmation de l’existence d’un régime de réciprocité de la part du pays asiatique ».

La liste de 15 pays publiée par l’Union Européenne

Une première liste de 15 pays dont les voyageurs peuvent être admis dans l’UE et l’espace Schengen a été publiée mardi dernier, après de difficiles tractations entre États membres.

La Commission européenne a préconisé d’autoriser sans délai l’entrée des voyageurs venant d’Algérie, Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Maroc, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Tunisie, Uruguay, et de Chine sous condition.

Mais les pays de l’UE restent libres d’appliquer cette recommandation qui sera révisée régulièrement.

Voir la suite sur: Ouest France