Home ici et ailleurs Culture juive en Afrique du Nord
Culture juive en Afrique du Nord

Culture juive en Afrique du Nord

0

Le Maroc entend inscrire le judaïsme dans son identité nationale: la «Maison de la mémoire» à Essaouira est un pas vers la réalisation de cet objectif. L’héritage juif de la nation a également été ajouté au programme national. Abdessamad Jattioui rapporte d’Essaouira

Pour la première fois dans l’histoire du Maroc, l’héritage et l’histoire des Juifs du pays sont enseignés dans les écoles du pays. Cette décision faisait suite à l’ouverture de la «Maison de la mémoire» juive à Essaouira par le roi Mohammed VI. L’exposition est située dans les salles d’un temple juif restauré. «Il s’agit d’un changement de paradigme absolu», déclare la chanteuse juive marocaine Susan Haroush, co-responsable de la conception de l’exposition. «Cette maison offre une toute nouvelle opportunité de découvrir quelque chose sur l’histoire commune des Marocains, des Juifs et des Musulmans», dit-elle.

La «Maison de la mémoire» est la continuation du parcours de longue date du Maroc en faveur du dialogue interconfessionnel. Le Royaume a été l’une des premières nations arabes et musulmanes à participer au «Projet Aladdin» initié il y a 12 ans par l’UNESCO. Cela vise à favoriser le dialogue religieux et culturel tout en contrant les tendances antisémites propagées par les groupes extrémistes dans la région.

Le Maroc a adopté une nouvelle constitution en 2011. Cela signifie que le Royaume est la première nation arabo-musulmane à reconnaître la culture juive comme un élément clé de son héritage multiculturel et le fondement de son identité actuelle.

«Une étape historique significative»

Le programme de présentation du patrimoine juif du Maroc a commencé à la rentrée de la nouvelle année scolaire. Pour la première fois, les étudiants ont commencé à se renseigner sur la vie juive au Maroc, à la grande joie de la communauté juive du pays. L’ouverture de l’exposition a été une «étape historique significative», a déclaré Serge Berdugo, chef de la communauté et ancien ministre du Tourisme du pays. «Les jeunes générations ont le droit de connaître leur histoire», a-t-il déclaré. De plus, nombre de ses compatriotes ont ressenti un profond désir de raconter l’histoire du Maroc.

Les experts espèrent que l’introduction du thème du judaïsme et de l’héritage juif du pays dans le programme scolaire influencera les générations futures de deux manières. Tout d’abord, on espère que cela créera une prise de conscience de l’histoire multiculturelle de la nation, contribuant ainsi à promouvoir la tolérance. Dans le même temps, il devrait s’employer à lutter contre l’antisémitisme ainsi que les stéréotypes antijuifs.

Faire flotter le drapeau du patrimoine juif du Maroc

«Nous sommes très fiers de cette maison en tant que communauté juive», déclare la chanteuse Susan Haroush. Les juifs venant de l’étranger sont également impressionnés par l’exposition et apprécient à quel point le roi fait flotter le drapeau du patrimoine juif du Maroc, ajoute-t-elle.

On ne sait pas exactement combien de juifs vivent actuellement au Maroc. Mais les statistiques indiquent que ce nombre est d’environ 3 000 – un chiffre infime par rapport aux quelque 250 000 Juifs vivant ici dans les années 1940 avant l’exode massif vers Israël. Les juifs représentaient à l’époque environ un dixième de l’ensemble de la population marocaine.

Les historiens soulignent que le Maroc a protégé ses citoyens juifs pendant la période coloniale française et après l’indépendance. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le roi Mohammed V. a rejeté les politiques antisémites du régime de Vichy contrôlé par les nazis. «Il n’y a pas de juifs au Maroc», expliquait alors le roi. «Il n’y a que des Marocains, et ce sont tous mes sujets.»

En reconnaissance de ses actions de protection des juifs, Israël a érigé un monument dans la ville d’Ashkelon en l’honneur de Mohammed V., le qualifiant d ‘«ami du peuple juif».

«Une partie de notre mémoire»

Les guerres israélo-arabes de 1948, 1967 et 1973 ont fait baisser le nombre de Juifs vivant au Maroc. En Israël, en revanche, le nombre de juifs d’origine marocaine a augmenté. Ce chiffre est actuellement estimé entre 600 000 et 900 000. Leur influence politique s’est accrue en conséquence. Les Juifs qui sont restés au Maroc ont joué un rôle important dans le maintien des relations maroco-israéliennes. Les deux nations entretiennent des liens notamment dans les secteurs économique et touristique. Le Maroc a souvent assumé un rôle de médiateur pendant le conflit israélo-arabe.

Un grand nombre de juifs marocains se rendent chaque année en Israël pour participer à des pèlerinages. De son côté, le Maroc compte plus de 500 lieux de culte juifs, la plupart dans le sud du pays. Les centres de la vie juive étaient et sont toujours Essaouira, Casablanca, Rabat, Fès, Marrakech et Meknès, pour n’en citer que quelques-uns.

«Les juifs vivent avec nous depuis longtemps», raconte un passant musulman âgé. «Nous avons travaillé ensemble et il n’y a jamais eu de véritables désaccords. Ils étaient actifs dans le commerce et l’industrie, nous les musulmans dans l’agriculture et les métiers traditionnels. Les Juifs ici font partie de notre mémoire commune. »

Abdessamad Jattioui

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.